Nouvel EP

La Selva

« L’indomptable Marina Cedro revient au-devant avec l’EP « La selva ». Le travail présente six poèmes mis en musique sous la forme minimaliste qui par ces temps de pandémie et d’isolement global, affichent une indubitable actualité. Un hypnotique martèlement souligne la voix de Cedro qui décrit avec une précision photographique une atmosphère sauvage assortie de beautés et de dangers – le paradis rencontre son double à l’échelle urbaine dans n’importe quelle ville du monde qui, par ces temps-ci est ravagé.

L’art ne soigne pas, mais rachète et purifie, Cedro partage une poignée de textes inquiétants et sensuels qui, sans se les imposer décrit un présent plein d’angoisses. »
                                        

Gabriel Cocaro, 2X4 Buenos Aires

Une brève symphonie de vipères / Un marais une fleur / Compte le duel de la vie / Cent poissons qui nagent en rond / Sous les yeux de la mer / Les mots brillants / Les étoiles qui coulent / Un crépuscule d’amour / Tu es et je suis / La même /Une amoureuse vierge / Femme / De chair et de sang

Marina Cedro

LA SELVA 20.jpeg

Vocals & Keyboards: Marina Cedro 

All tracks written & composed by Marina Cedro 

Produced by Tango 33

Artwork: Gérard Lo Monaco & Martin Kelbl

SINGLE AMORES

« Il est question de la rencontre entre deux personnes qui « se sont aimé » dans divers continents » et célèbrent cette passion « le fleuve de la vie » se grave sur sa poitrine d’elle. Elle jouit sans culpabilité dans un thème qui ne détonnerait pas, même un peu, dans le répertoire du grand Serge Gainsbourg. »

Gabriel Cocaro, 2X4 Buenos Aires

Un corail / Une paire de jambes douces / Un soleil / Une lune / Ton dos sera un lac / Tes cheveux mon rêve / Le fleuve de la vie / Il sera scellé sur mes seins

Marina Cedro

AMORES 20.jpeg

SINGLE MIL NOCHES

« Les vibrations amoureuses se poursuivent avec « Mil noches » bien qu’ici filtrent les symptômes d’une réalité indicible « Je préfère mourir (…) que d’être prisonnière » professe Marina, comme si elle dénonçait une sentence. »

Gabriel Cocaro, 2X4 Buenos Aires

Malgré la fatalité de la vie / Il est préférable de rêver / Dormez avec la lumière allumée / En attendant la chute de ton corps sur le mien / Laissez la fenêtre entrouverte / Pour qu'un insecte s’infiltre/ Dans cette clarté / 

Ma main est assoiffée / L’amour / Je me perds

Marina Cedro

MIL NOCHES 20.jpeg